Nicolas Lutz

La salle sur l’eau invite Nicolas Lutz pour une nuit qui pourrait ressembler à « un voyage cosmique autour de disques rares et oubliés ».

Son label, My Own Jupiter, a le vent en poupe. Lui-même, en tant que DJ, a joué dans les meilleurs clubs de la planète. On le dit en marge de la culture dancefloor et non spécialisé : ni house, ni techno, ni minimal. Mais partisan de l’abolition des frontières. Enfin, il pourrait s’agir d’un dernier tour de piste avant que Nicolas Lutz ne bascule dans un format plus grand. Beaucoup plus grand. L’occasion d’approcher le phénomène de près, et de prendre le pouls de son Berlin très privé.