Nuits Sonores : programme de la première journée

A Day With The Black Madonna, la nouvelle héroïne des dancefloors du monde entier.

On le sait, Nuits sonores commence tôt. Et finit tard. Avec des concerts programmés dès 15 h et s’enchaînant non-stop jusqu’au petit matin, on dira que le rythme est plutôt sportif. Et pour se mettre en jambes, quoi de mieux que la nouvelle héroïne des dancefloors du monde entier, tout juste sacrée meilleure DJ de l’année 2016 par le magazine Mixmag ? Elle s’appelle Marea Stamper à la ville mais on la connaît sous le blaze de The Black Madonna quand elle passe derrière ses machines. Fille de parents mélomanes et enfant des rave-parties, elle a fait ses premiers pas en tant que résidente du célèbre Smart Bar de Chicago en 2012, aux côtés de profs non moins célèbres comme Derrick May et Frankie Knuckles. Une éducation musicale et des rencontres avec des pionniers qui lui ont transmis une certaine idée du groove, notion qu’elle conjugue brillamment dans des sets mettant les pieds franchement dans le plat du disco. Côté production, ce n’est pas si mal non plus, à l’image du dernier track qu’elle a dévoilé il y a quelques mois, l’épique “He Is The Voice I Hear”. Déjà passée par Nuits sonores l’an dernier, elle revient cette fois avec le rôle prestigieux de première tête d’affiche de cette programmation diurne, rôle qu’elle partagera dans le cadre d’un b2b avec le duo écossais Optimo, composé de Jonnie Wilkes et de Keith McIvor que l’on croise aussi parfois sous le pseudo de JD Twitch. Un joyeux ménage à trois sonore qui ne devrait avoir que très peu de frontières, et qui sera précédé de l’Américaine Honey Dijon et de son éminent compatriote Derrick Carter, qui commence à bien connaître Confluence puisqu’il s’agira de son troisième passage à Nuits sonores. 

Jeudi 25 mai de 15 h à 22 h à la Sucrière, Salle 1930.

Et aussi : Rahaan, Max Ernestus, Ndagga Rhythm Force, ESG (Le Sucre). Throwing Shade, Jamie 3:26, Peggy Gou (Esplanade).