Nuits Sonores : programme de la première soirée

Vitalic, Talaboman et Khidja… pour ne citer que quelques noms de la programmation.

En passant du côté nocturne de la force, c’est toujours la même histoire : on zyeute la programmation, on constate qu’elle est sacrément dense, et on prépare alors son propre programme que l’on ne respecte jamais une fois sur le terrain. Petit changement cette année, puisque pour la première fois depuis 2009 le festival quitte la zone de Confluence pour s’établir dans les anciennes usines Fagor-Brandt, dans le quartier de Gerland, proche des usines Brossette, où il avait notamment pris ses quartiers en 2012. Nouveau lieu, nouveau décor, mais toujours le même découpage en trois halles. De notre côté, on a forcément déjà inscrit quelques noms sur notre tableau Excel : celui de Vitalic d’abord, parce que le Français Pascal Arbez-Nicolas est récemment revenu très fort avec un nouvel album aux accents « morodoresques », Voyager, sorti en janvier dernier. Juste en-dessous, en case B2, on trouve le duo-valise Talaboman, et notons qu’il ne s’agit pas ici d’un classement selon un quelconque ordre de préférence mais bien selon celui de passage, puisque, si l’on en croit le programme, le live de Vitalic devrait s’achever vers 2h30 en Halle 1 alors que le producteur espagnol John Talabot et son compère suédois Axel Boman entreront aux alentours de 3 h du matin sur la scène de la Halle 2, juste après le live très attendu de Khidja qui commencera, lui, à 2 h du matin, toujours en Halle 2 – vous suivez ? – imposant donc un premier dilemme dans cette 15e édition : rester jusqu’à la fin de Vitalic ou arriver un peu plus tôt en Halle 2 pour la techno orientale des deux Roumains ? De dilemme il est de toute façon souvent question à Nuits sonores, parfois même de « trilemme », puisque comment ne pas évoquer la synth-pop nostaglique d’Agar Agar, le flow hypnotique de la rappeuse britannique Lady Leshurr ou les sets funky-footwork de l’Allemande Sarah Farina ? Last but not least, Laurent Garnier, dont on a appris assez tard la venue, mais qui après presque autant de participations (et de propositions différentes) que d’éditions du festival, n’aurait pas pu manquer cet anniversaire. Avec cette fois un set 100 % UK version contemporain, il clôturera la Halle 3 de 3h30 à 5 h.

Mercredi 24 mai, de 21h30 à 5 h du matin dans les anciennes usines Fagor-Brandt.