Printemps de Bourges : nos coups de coeur

Depuis 32 ans, le dispositif repère les jeunes talents dans toute la France et sélectionne chaque année (parmi quelque 35000 inscrits) la trentaine d’heureux élus qui se produiront sur scène et seront peut-être primés. De quoi augurer de belles carrières, comme celles de Cheveu, Fakear, Fishbach, Petit Biscuit ou Frànçois & The Atlas Mountain, quelques-uns des dix anciens « Inouïs » qui reviendront cette année à Bourges, mais chez les « grands ». Pour cette édition 2017, on surveillera tout particulièrement cinq nouveaux-venus.

Mirage Club 


© Stephane Giner

Il fallait bien une limousine pour se rendre dans ce Mirage Club non pas de Miami mais de Toulouse, à l’instar de Maxime Runtz et Pierre Stevens qui composent ce jeune duo. Limousine, comme le titre de leur élégant premier EP sorti l’année dernière, petit précis de synth-pop aux refrains accrocheurs qui doit autant à Yuksek et Phoenix qu’à la série des années 80 K2000. 

Du mercredi 19 avril au samedi 22, catégorie pop-rock/folk. De 20h30 à minuit. Tarif : 10 euros

 

Maïcee  


​© Phil Poulenas

On aime bien squatter le Soundcloud de la jeune chanteuse occitane parce qu’il nous rappelle plein de belles époques : les débuts insouciants de Lily Allen, le timbre de Mary J. Blige et le soleil du sud de la France. Maïcee, une MC qui rappe sans se prendre la tête et dont le groove aux accents reggae prend parfois des allures plus électroniques, notamment quand elle s’associe au beatmaker grec Moderator.  

Du jeudi 20 avril au samedi 22, catégorie hip hop. De 12h30 à 15h30. Tarif : 10 euros

 

Sônge 


© Goledzinowski

Elle est l’étoile montante de la scène r’n’b française, s’appelle Océane à la ville et nous vient forcément de Bretagne avec un prénom pareil. Mais c’est bien sous le pseudo Sônge que le producteur Sayem la repère, et qu’elle se retrouve rapidement par la suite à écumer de nombreuses scènes européennes. A la manière de M.I.A le flow est faussement lascif et les instrus lancinantes, le tout conjugué en un très beau premier EP paru en janvier dernier. 

Du jeudi 20 avril au samedi 22, catégorie hip hop. De 12h30 à 15h30. Tarif : 10 euros

 
 
 

Leska  


© Flavien Prioreau

Plus qu’un nom-valise, Leska est une véritable fusion artistique estampillée « made in Rennes » : celle des sonorités exotiques du beatmaker Marc Mifune, alias Les Gordon, avec les beats acérés du producteur Thomas Lucas, alias Douchka, deux artistes dont les projets solitaires nous avaient déjà amplement séduits chacun de leurs côtés. Un mariage esthétique pour le meilleur, et rien que le meilleur, qui a déjà donné naissance à une poignée de titres ravageurs.

Samedi 22 avril, catégorie électro. De 14h30 à 18h. Tarif : 10 euros

 

Baja Frequencia  


© Damien Chamcirkan 

 

Le dancefloor devrait prendre des airs latinos avec le duo marseillais composé de Louis Ramanitra et Simon Djamdjian, alias Baja Frequencia, sorti tout droit de la cuisse du collectif dub Massilia Hi-Fi. Un mélange de trap cradingue, de cumbia dézinguée et de rites païens repéré par la maison Chinese Man Records s’il vous plaît. 

Samedi 22 avril , catégorie électro. De 14h30 à 18h. Tarif : 10 euros


L’esprit punk

Le 41è Printemps célèbre les 40 ans du punk avec un cycle d’expos et de conférences. A voir entre autres, des tables rondes (Carré d’Auron, du mercredi au samedi à 14h30) qui interrogeront sur les influences du mouvement, des projections de films au cinéma d’art et d’essai de la Maison de la Culture de Bourges (dont le Gimme Danger de Jim Jarmush) ou, dans divers lieux de la ville, une expo de photos de cette époque aussi brève qu’intense.

Entrée libre, de midi à 20h. Projections 4 euros.