PWFM, le refuge des DJ’s perdus

Qui veut devenir DJ ? À peu près tout le monde, dirait-on. Le boom de la scène dance music française et la mise sur orbite d’une poignée de vedettes ont fait des émules.

Qui veut devenir DJ ? À peu près tout le monde, dirait-on. Le boom de la scène dance music française (toujours plus de clubs et de festivals depuis cinq ans) et la mise sur orbite d’une poignée de vedettes ont fait des émules. Une cohorte de jeunes artistes tente de se faire une place et les réseaux sociaux ressemblent parfois à un marché parisien, où chacun tente d’attirer l’attention sur ses produits, même s’ils ne sont pas toujours mûrs. Et une partie de ces producteurs font leur promotion via des groupes Facebook dédiés, comme PWFM, qui s’appuie sur une communauté forte de 17 000 membres et une webradio pour débusquer les plus talentueux d’entre eux. “Quand je vois la génération qui arrive, ceux qui sont nés dans les années 2000, j’ai l’impression qu’ils ont troqué les Game Boys pour les logiciels de composition musicale, explique Marion de PWFM, 25 ans. Comme c’est un domaine qui fait rêver, ils sont nombreux à s’y mettre. Et pour la plupart, ils sont très peu écoutés.” Il y avait donc une place à prendre au niveau du défrichage. En un an, la webradio a passé les titres de plus de 700 artistes différents. “Sur les 700, il y en a 80 % qui ne sont pas signés. Ce sont des jeunes artistes qui galèrent, et souvent, on est les premiers en contact avec eux.” PWFM organise donc des tremplins et leur permet de jouer sur des scènes plus grandes que le bar du coin, comme au 6B lors de leurs deux premiers événements, ou au Fluctuat, à République, dont ils prennent le contrôle tous les jeudis. Et samedi soir, PWFM organise sa première soirée en club, au Glazart. Pour l’occasion, la programmation monte en grade avec un live du duo suédois SHXCXCHCXSH, et un set techno de l’Anglais Binny. Outre les résidents, Koddi et Manka, il y aura évidemment une place pour un jeune DJ, sélectionné par tremplin. Un mode opératoire qui devrait encore se développer cette année, avec une série de podcasts, toujours dans l’idée d’accompagner des artistes perdus dans la masse : “C’est la direction qu’on veut prendre, conclut Marion. Ils sont beaucoup, alors si l’on peut en prendre quelques-uns sous notre aile, ce sera déjà bien.”.

PWFM 003 : Mars Attack ! Samedi 4 mars à 00h00 au Glazart, 7/15 avenue Porte de la Villette 75019 Paris. M° 7 Porte de la Villette. Entrée : 10 euros.