Rupture à domicile

Éric est, comment dire… un spécialiste de la rupture.

Rompre n’étant pas chose aisée, il propose à ses clients de s’en charger. Le slogan de son agence ? “Vous n’osez pas lui dire ? On le fait à votre place !” Le gars officie sans vergogne, convaincu du bien-fondé de sa mission : “Quand on quitte quelqu’un que l’on n’aime plus, on ne l’abandonne pas, on le libère”. Sa boîte, la bien nommée Rupture à domicile, offre aussi sa palette d’options Premium (récupérer un animal de compagnie, une photo, etc.)

Absurde ? Pas tant que ça : le concept existe aux États-Unis. Et puis un jour, dépêché par Hippolyte pour annoncer à la compagne de ce dernier, Gaëlle, qu’il va la larguer, il découvre que cette femme est celle qui l’a quitté brutalement sept ans auparavant. La fertilité de ce point de départ drolatique ne se démentira pas : notre prestataire de services se révèle toujours amoureux de Gaëlle, et Hippolyte, l’actuel chéri, ne veut plus rompre… Vu de loin, on dirait un simple vaudeville contemporain.

Il mérite pourtant qu’on s’en approche un peu pour que se dévoile une délicieuse comédie de mœurs truffée de quiproquos et de rebondissements. On se laisse happer par la drôlerie des dialogues, la nervosité de la mise en scène et par ce trio amoureux joyeusement dopé par les comédiens.