This is not a love song

Le festival à faire absolument pour découvrir de nouveaux talents indépendants

Le festival qui partage son nom avec un titre de de Johnny Rotten époque P.I.L a quand même bien l’air de savoir construire une belle histoire d’amour avec son public hétéroclite, qui a presque quadruplé en quatre ans d’existence pour atteindre la jauge de 15 000 spectateurs. Un succès dû à une programmation exigeante basée sur les indés, connus ou en devenir. Malgré l’annulation du concert de Grandaddy suite au décès récent de son bassiste Kevin Garcia, quelques belles têtes d’affiche (Moderat, Flying Lotus, Primal  ScreamShugo Tokumaru ou Rocky) entraîneront une flopée de jeunes artistes, dont pas mal de locaux de l’étape. A noter aussi, une prog pour les kids qui ne devrait pas déplaire à leurs parents et une foule d’atelier DIY.

Du 9 au 11 juin à Nîmes (30).