Traumer, comme dans un rêve

La techno française a de l’avenir. Si vous en doutez encore, la soirée Ayahuasca organisée par la Horde samedi au Faust devrait achever de vous convaincre. En tête d’affiche, on trouve Traumer, alias Roman Poncet, un des producteurs les plus prometteurs et prolifiques du moment.

Après un maxi (Dedust) vraiment dingue l’an passé sur Desolat, éminent label allemand mené par Loco Dice, Traumer est monté d’un cran dans les fiches des bookeurs, grâce notamment au hit Hoodlum, qu’on entend partout depuis quelques mois.

Allié (en tant que Roman Poncet) à DJ Deep sur les projets Adventice et Sergie Rezza, le Français multiplie les alias et enchaîne les bons disques, avec récemment Serum, sorti sur Skryptöm, véritable famille artistique menée par Electric Rescue, qui distille de la techno de qualité depuis de nombreuses années.

Dans cette écurie figure aussi Maxime Dangles, lui aussi auteur de quelques maxis outre-Rhin, sur le label de Cologne Kompakt, et qui inaugure une série de longs formats sur Skryptöm. Son premier album, Résilience, composé dans une période noire, alterne grosse techno et plages électronica. Maxime Danges sera avec ses synthés modulaires au Faust pour en présenter une version live qui s’annonce intense.