Youngsta, la basse dans la peau

Youngsta (un jeune gangster en gros) devait être le cauchemar de ses parents. Et son pseudo ressemble à un clin d’œil à son adolescence.

À 13 ans, le gamin de Croydon, dans la banlieue sud de Londres, traînait déjà en club pour pousser des disques, suivant ainsi le modèle de sa grande sœur, Sarah Soulja, qui l’emmène toutes les semaines faire son mix sur la radio pirate Freek FM. Sarah Soulja entre ensuite chez Rinse FM, la radio qui a rendu populaire le dubstep anglais, puis lance les fameux soirées FWD>>.

Youngsta fait évidemment partie de l’aventure et devient une des têtes de gondole du mouvement avec le label Tempa. Dix ans après l’avènement d’un genre qu’il a un peu délaissé, le Britannique a fait évoluer la direction artistique, même si l’esthétique n’a pas vraiment changé : des beats lourds et sombres, juste plus rapides. C’est l’ambiance dans laquelle sera plongé le Belushi’s samedi soir, lors de la soirée Bass Paradize : Youngsta y sera accompagné de SP:MC et Proxima, deux signatures de Tempa, et du collectif parisien Exploration Music.