Can Alegria

Restaurant Can Alegria

© Plats : Truite au fenouil et sauce à la mangue, souris d’agneau 7h aux abricots, poulpe grillé purée de patate douce. Vues du restaurant. ©  Alizée Szwarc Meireles (1, 3, 5, 6) & Can Alegria

Can Alegria : la mer qu’on voit danser…

Edith Piaf venait y pousser la chansonnette quand c’était un cabaret. Aujourd’hui, c’est un restaurant inspirant qui accueille les gourmands rue Jean-Baptiste Pigalle. Dans un décor méditerranéen qui est venu recouvrir les murs d’un océan azuré et les espaces de chaises en rotin et de végétation luxuriante, restent, immuables, quelques vestiges des années 20, comme les fresques murales, les portes en laiton ou les fontaines en marbre. Bienvenue chez Can Alegria, une adresse tellement chouette qu’on la garderait bien pour soi. La faute à un ancien de Ferrandi qui a puisé son inspiration sur l’île d’Ibiza, on retrouve des assiettes gorgées de soleil, des cuissons lentes à basse température, de l’huile d’olive à tout va et du piment d’espelette pour parfaire l’assaisonnement des plats. Chou-fleur rôti, sauce tahini – rien à redire -, poulpe cuit 6h à 83 degrés puis snacké – parfait -,  souris d’agneau de 7h aux abricots – fondante à souhait. Les plats s’enchaînent les uns après les autres et la seule chose qui pourrait faire défaut est un appétit deux fois plus important pour pouvoir goûter tout ce qui se trouve à la carte. On vient arroser le tout de vins réconfortants, confidentiels et abordables, sourcés avec passion auprès de petits vignerons. On se laisserait même tenter par un des desserts du jour pour clôturer le dîner en beauté ! Décidément, il faudra revenir.


Quelle ambiance ?

Gourmande et décontractée

Pourquoi on y va ?

Pour sa cuisine gorgée de soleil et d’amour

Pour qui ?

Ceux qui aiment les plats revisités

Le bon plan ?

La privatisation du salon du Chef et sa grande tablée pour 12 personnes caché au sous-sol


Can Alegria
73, rue Jean-Baptiste Pigalle
Paris, 9e
Plus d’informations