La Tour d’Argent

La Tour d’Argent : mythique et bien ancrée dans le présent

Bien au-delà de Paris, « La Tour d’Argent » est un nom qui évoque aux gastronomes la quintessence de la cuisine française. Une adresse intemporelle qui a su laisser une place de choix aux jeunes talents.

On n’entre pas en trombe dans La Tour d’Argent. On reste d’abord quelques secondes sur le quai, admiratifs à s’en tordre le cou. Puis on attend patiemment son tour dans le salon du rez-de-chaussée. Quand vient le moment de prendre l’ascenseur, quelques minutes plus tard, l’excitation est palpable. Les portes s’ouvrent sur le dernier étage et une lumière éblouissante. Notre-Dame se dresse majestueusement face aux clients concentrés sur leur repas. Impressionnés par le cadre grandiose, on s’installe au plus près des fenêtres afin d’observer cette vue unique.

Les amoureux de la cuisine française viennent se restaurer dans cette ancienne auberge depuis 1582. En novembre dernier, le chef Yannick Franques, Meilleur Ouvrier de France 2004, a pris la tête de l’adresse étoilée. Si vous tenez à célébrer une grande occasion, que vous rêvez de vous attabler à La Tour d’Argent mais n’avez pas un budget extensible, on vous conseille d’opter pour la formule déjeuner à 105 euros (amuses-bouches, entrée, plat, dessert). C’est à nos yeux la meilleure façon de découvrir cet établissement mythique sans se ruiner

Le menu commence par de savoureux amuse-bouches au parmesan, à la betterave et au saumon. Comme dans les restaurants les plus chics de la ville, la ronde des serveurs est fluide et sans accroc. Puisqu’il parait que la cave abrite des centaines de milliers de bouteilles, on se laisse conseiller par le sommelier qui nous présente de nombreux vignerons bio et même en biodynamie. C’est une bonne surprise au vu de l’âge du restaurant : la carte ne semble pas figée dans le temps.

Un verre de vin blanc sec vient accompagner l’entrée culte : une fondante quenelle de brochet sauvage, à l’écrevisse flambée au cognac, tombée d’épinards et bisque revisitée. Il est ensuite temps de découvrir le canard qui a fait le renommée du restaurant. Élevé en plein air, il est servi, dans la formule déjeuner, en suprême rôti avec un crumble de sésame et une sauce vigneronne. Une carte postale représentant un caneton, illustrée par la jeune et talentueuse Léa Maupetit, est offerte à chaque invité qui goûte à la spécialité. On peut ainsi se rappeler longtemps de cette dégustation.

Si vous souhaitez sortir le grand jeu, on ne saurait que trop vous conseiller de commander le chariot de fromages (25€ de supplément) qui dévoile tout ce dont un mordu de pâte molle, de pâte dure et autres pâtes persillées pourrait rêver de déguster. Enfin, au dessert, on opte pour l’entremet chocolat café et son émulsion de yaourt qui vient conclure cette expérience inoubliable en douceur. // Texte : Hélène Rocco

La Tour d’Argent,
17 Quai de la Tournelle, 5e
Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 14h et de 19h à 21h
Déjeuner entrée-plat-dessert : 105€ 

La Tour d'Argent
© Hélène Rocco