Le Petit Bouillon Pharamond

Le Petit Bouillon Pharamond
© Pierre Lucet Penato

Le Petit Bouillon Pharamond : le temple de la cuisine bistrotière

S’il y a une tendance culinaire qu’on chérit plus que tout, c’est sans doute celle du retour des bouillons parisiens. Inventés au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, ils étaient destinés à nourrir les Parisiens à moindre prix. Le Petit Bouillon Pharamond en l’occurence, se niche à deux pas de Châtelet. Ouvert en 1832, l’établissement dévoile un décor Belle Époque, des vitraux colorés et des banquettes douillettes. Le dimanche, les serveurs virevoltent habilement entre les tables.

A peine sommes nous installés que l’on nous apporte des œufs mimosa (1,90€), une assiette de foie gras au Calva (7,90€ et des renversants cromesquis de jarret de porc (6,50€). D’humeur classique ? À vous la bavette d’Aloyau flanquée de belles frites (9,90€). Et si vous êtes audacieux, puisque la maison est normande à l’origine, on vous conseille de vous laisser tenter par les tripes à la mode de Caen (10,90€). En dessert, on s’offre des profiteroles à 4,90€. Une très bonne adresse à dégainer quand on a besoin de réconfort et d’un gueuleton à la française.

Le Petit Bouillon Pharamond,
24, rue de la Grande-Truanderie, Paris 1er
Ouvert tous les jours, de midi à minuit


Quelle ambiance ?

Rétro

Pourquoi on y va ?

Pour se régaler de plats de grand-mère ou faire découvrir la cuisine française à un touriste étranger

Pour qui ?

Les petits budgets qui ne veulent pas faire l’impasse sur la qualité

Le petit plus ?

À l’étage, l’adresse dispose de beaux salons d’époque privatisables. Idéal pour fêter un anniversaire entre amis !

 

5 bistrots parisiens pas chers et trop bons