Sorties cinéma de la semaine

 Nos films de la semaine (30/01 au 06/02)

 

Animation

Note : 4

Minuscule 2 – Les Mandibules du Bout du Monde

De Thomas Szabo et Hélène Giraud, avec Thierry Frémont, Bruno Salomone, Stéphane Coulon. Durée : 1 h 32. Sortie le 30 janvier.

 

Penchez-vous un peu sur l’herbe et ouvrez bien grand les yeux, les insectes de Minuscule sont de retour. Enfin, pas pour longtemps. En voulant faire des provisions pour l’hiver, la Coccinelle se fait enfermer dans un carton en partance pour la Guadeloupe. Des vacances au soleil ? Pas tant que ça, puisque qui dit île exotique dit aussi grosses bestioles peu conviviales. Heureusement que, contrairement à la fable, la Coccinelle peut compter sur la Fourmi sa voisine et l’Araignée sa copine qui voguent ensemble à sa rescousse dans ce nouvel opus réussi des Minuscule. Un savant mélange de prises de vue réelles, d’insectes en images de synthèse et de bruits de cyclomoteur pétaradant, qui réjouiront petits et grands.

 

Action

Note : 3

L’Intervention

De Fred Grivois, avec Alban Lenoir, Olga Kurylenko et Michaël Abiteboul. Durée : 1h38. Sortie le 30 janvier.

Film L'intervention
© SND

 

Djibouti 1976, un groupe de terroristes prend un bus scolaire en otage pour tenter de passer la frontière somalienne. Dépêché en urgence de Paris, un groupe des forces spéciales débarque pour tenter de régler la situation dans la colonie française. Une intervention inspirée de faits réels, racontée ici avec des personnages et des dialogues parfois caricaturaux, mais qui a le mérite de nous éclairer sur cette prise d’otages méconnue et la géopolitique de l’époque. Autre vertu de cette opération totalement hallucinante, menée par des cow-boys en roue libre, la présentation des coulisses et les balbutiements de la première force d’élite de la gendarmerie qui deviendra le GIGN.

 

Drame

Note : 3

 Pearl

D’Elsa Amiel, avec Julia Föry, Peter Mullan et Vidal Arzoni. Durée : 1h20. Sortie le 30 janvier.

Film Pearl
© Haut Et Court

 

Championne de bodybuilding, Léa Pearl voit débarquer son ex, un escroc loser accompagné de son fils de 4 ans qu’elle n’a jamais élevé. Un cadeau empoisonné pour celle qui est en passe de disputer les championnats du monde du prestigieux concours de Miss Heaven. Assumer ce petit corps qu’elle a rejeté pour construire son corps d’athlète ou recommencer les mêmes erreurs ? Voilà un joli dilemme, filmé ici avec une symbolique certes très appuyée, mais avec une athlète monumentale (la championne Julia Föry), son coach/amant imbuvable (toujours formidable Peter Mullan), et une mise en scène très maîtrisée qui renforce le côté surréaliste de cette discipline et pose la question de manière originale de la liberté de la femme à disposer de son corps.

 

Comédie dramatique

Note : 3

 The Place

 De Paolo Genovese, avec Valerio Mastandrea, Marco Giallini et Alba Rohrwacher. Durée : 1h45. Sortie le 30 janvier.

Film The Place
© Saveryi Lombardi Vallauri

 

Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour que votre vœu le plus cher soit exaucé. Les dix hommes et femmes qui défilent à la table de l’homme mystérieux assis dans ce café sont prêts à aller très loin pour certains. Conquérir l’être aimé, retrouver Dieu, connaître la beauté, passer la nuit de ses rêves avec son fantasme absolu, c’est possible. En échange, ils devront jouer les anges gardiens, mais aussi tabasser, kidnapper, et peut-être même tuer. Une situation aussi amorale qu’intrigante qui a propulsé ce huis-clos au sommet du box-office italien. Il faut dire qu’on est loin de la monotonie que pourrait entraîner ce défilé d’âmes en peine. Face à cet homme énigmatique, le scénario rebondit sans cesse jusqu’à un final digne de son auteur, Pablo Genovese, dont le précédent film Perfetti Sconosciuti avait donné lieu au remake surprenant Le Jeu de Fred Cavayé.